Théorie de la dictature | Michel Onfray

L’Europe aura connu, au XXème siècle, une des pires dictatures (le nazisme) tandis que son voisin, l’URSS, subira celle du marxisme-léninisme. Des temps révolus où nous avons appris de nos erreurs à coup de “Plus-jamais-ça” et “N’oublions-pas-l’Histoire” afin de mettre en place des garde-fous qui nous mettent à l’abris d’une éventuelle rechute? … Pas si sûr.

Avec la Théorie de la Dictature, Michel Onfray propose une analyse des deux dictatures, citées plus haut, via deux ouvrages de Georges Orwell (1984, la ferme des animaux).

234 pages où l’auteur-essayiste-philosophe offre une seconde lecture des classiques orwellien. Tout d’abord 1984, le roman de la dictature où Georges Orwell a cette rare et incroyable faculté: Comprendre son présent avec exhaustivité tout en émettant une hypothèse exacte pour le futur.

Michel Onfray, lui, émet l’hypothèse qu’il existe de nombreuses analogies entre 1984 et … l’Europe actuelle qu’il considère donc comme une dictature.

Une de ces analogies m’interpelle plus particulièrement, l’appauvrissement de la langue (française en l’occurrence). Les mots se trouvant dans un même champ lexical, et apportant les nuances nécessaires à la langue, se trouvent remplacés par des mots fourre-tout qui veulent dire tout et leur contraire. En réduisant la possibilité à nos enfants d’utiliser la langue comme outil de raisonnement, c’est la promesse qu’ils deviennent des moutons de Panurge. Et là, Michel Onfray tape juste:

La critique du régime est impossible parce que les mots qui la permettaient manquent… si les signifiants ont disparu, les choses signifiées s’évaporent elles aussi. (1)

J’irai même un pas plus loin, le processus de simplification de la langue me fait penser au processus informatique. Moins il y a de données et plus facilement le logiciel est contrôlable. Principe basique. La restructuration de la langue n’est qu’une étape supplémentaire où l’être humain lambda sera traitée, de A à Z, comme une donnée informatique.

L’autre partie de la Théorie de la dictature se consacre à la ferme des animaux et aux révolutions qui ne sont en fait que des dictatures sous une forme nouvelle puisque les opprimés, une fois au pouvoir, ne font que reproduire ce dont pourquoi ils se révoltaient. La boucle est bouclée.

Avec ce livre, Michel Onfray a le mérite de mettre à la lumière médiatique des sujets qui restent trop souvent dans le giron de spécialistes alors que ces mêmes sujets concernent bien souvent la majorité de la population. La théorie de la dictature est de ces sujets-là. J’ai apprécié les nombreuses références, notes de bas de page ainsi que la critique construite de l’Europe. L’auteur se mouille, a un avis tranché et l’argumente mais, il s’agit ici plus d’une introduction que d’une théorie sur la dictature.

N’y a-t-il vraiment rien à sauver dans le projet européen?

Qu’en est-il des autres dictatures?

Tout système actuel serait-il dictatorial?

Quid des pistes de solutions concrètes?

Des questions qui restent sans réponse à l’issue du livre. Il faudra se tourner vers d’autres ouvrages, interviews, documentaires, pour continuer à comprendre les mécanismes des dictatures. Frustrant.


(1) ONFRAY M., Théorie de la dictature, Éditions Robert Laffont, 2019, p.33

Publicités

Une réflexion sur “Théorie de la dictature | Michel Onfray

  1. Ping : L’entonnoir du « sympa » – Les Petites Analyses

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s